Free Shipping for Orders over €65

Les dangers du CBD

6 juin, 2022 par
Les dangers du CBD
Alina Hryn

De plus en plus populaire dans toutes les couches de la société, le CBD est en passe de devenir un produit de consommation courante extrêmement répandu. Les boutiques de CBD fleurissent à chaque coin de rue et les sites de vente se multiplient à une cadence soutenue. Chez Reakiro, nous avons toujours défendu l’idée que la santé des consommateurs passe avant toute chose, et que si consommer du CBD présente le moindre danger, il est de notre responsabilité d’en informer nos clients consommateurs. C’est pourquoi nous suivons de très près l’actualité scientifique consacrée aux dangers du CBD et que nous voulons pratiquer la plus grande transparence au sujet des dangers du CBD s’il en existe.

C’est une question essentielle, car si les effets bénéfiques du CBD sur le bien-être et la santé en général sont de plus en plus mis en évidence par les sondages portant sur un nombre de plus en plus grand d’utilisateurs, et progressivement aussi par des études scientifiques, il reste que la question du danger du CBD se doit d’être posée et qu’il faut y répondre aussi précisément et complètement que possible. Vu la nature particulière des produits CBD Reakiro, il faut en particulier répondre à la question du danger du CBD sur le plan d’une éventuelle dépendance, et aussi en matière d’effets secondaires lorsqu’il est utilisé à certaines fins. C’est ce que nous nous proposons de faire dans cet article, qui fait le point sur la question des dangers du CBD.

Une première garantie : la légalité

La légalité du CBD est bien sûr une base de décision capitale pour tout consommateur potentiel qui s’intéresse aux éventuels dangers du CBD. Les lois en matière d’usage ou d’exposition à des produits quels qu’ils soient sont en effet faites pour protéger les consommateurs, et si un produit est interdit, c’est qu’il expose la société à l’un ou l’autre danger. Dans la plupart des pays, notamment les pays d’Europe, la législation concernant le CBD est de ce point de vue plutôt favorable. C’est un développement assez récent, car le CBD a longtemps été pénalisé par le fait que sa molécule, le cannabidiol, est extraite de la plante Cannabis Sativa L, c’est-à-dire la plante de cannabis. Or cette plante peut contenir en abondance une autre molécule, le THC, ou delta-9-tétrahydrocannabinol, qui est, elle, considérée comme un psychotrope, et donc une drogue, dans de nombreuses législations.

De ce fait, la vente et la consommation de produits CBD est strictement encadrée, et les produits CBD Reakiro respectent en tout point les législations des pays dans lesquels nous vendons nos produits, qu’il s’agisse de la législation européenne ou de mesures plus restrictives prises dans l’un ou l’autre pays. Ces législations portent notamment sur la quantité maximale de THC que peut contenir un produit CBD. Elles précisent par exemple que les variétés de cannabis qui peuvent être plantées pour la production de produits CBD ne peuvent contenir plus de de 0,3 % de THC dans leurs extraits secs, ce qui correspond à la définition du chanvre industriel, lequel a d’ailleurs de nombreux autres usages.

CBD products are strictly regulated

De ce point de vue, les produits CBD Reakiro correspondent strictement aux normes légales en vigueur, qu’il s’agisse des huiles CBD Reakiro, en gouttes ou en gélules, des produits CBD Reakiro destinés aux sportifs, des baumes et crèmes CBD Reakiro. Il est important de noter que la marque Reakiro se veut totalement transparente en la matière et que nous rendons publiques sur notre site toutes les analyses des produits CBD Reakiro réalisées par des laboratoires indépendants.

Danger du CBD et danger du THC

THC molecule

Il faut être très clair à ce sujet, et ne pas confondre les deux molécules, ou attribuer des dangers au CBD en raison des potentiels dangers du THC. La molécule de THC est présente dans la plante de cannabis en proportion de 4 à 9% environ, et jusqu’à 30% dans la résine de cannabis. C’est une substance psychoactive qui agit sur le cerveau en activant les récepteurs aux cannabinoïdes, ce qui provoque ce fameux effet euphorisant, le « high » recherché par les fumeurs de cannabis.

Ce n’est pas du tout le cas du CBD, le cannabidiol, qui n’agit pas sur les mêmes récepteurs que la molécule de THC.

La dépendance, potentiel danger du CBD ?

Pour ce qui est des possibles dangers du CBD, il faut insister sur la plus grande différence qui existe entre la molécule de CBD et la molécule de THC : le THC provoque une certaine accoutumance, ou tolérance, c’est-à-dire qu’au cours du temps, il faut consommer des doses de plus en plus élevées pour produire les mêmes effets. Cette accoutumance est bien moindre que pour d’autres psychotropes, comme les drogues de synthèse ou certains médicaments, mais elle n’en est pas moins réelle. De plus, et c’est le point le plus important, la consommation de THC entraîne une dépendance, ce qui lui confère son statut de drogue, même si on utilise souvent l’expression « drogue douce » à son sujet.

Il en va tout autrement du CBD, pour lequel aucune étude sérieuse à ce jour ne fait état d’une accoutumance ou d’une dépendance, que du contraire.

Qu’est-ce que la dépendance ?

Les produits addictogènes, c’est-à-dire qui entraînent addiction, ou dépendance, comme la nicotine, l’alcool, la cocaïne et de nombreuses drogues, sont des substances qui inondent le cerveau avec des neurotransmetteurs qui provoquent une poussée importante de sensations agréables. Un de ces neurotransmetteurs est la dopamine, qu’on appelle parfois « hormone du plaisir », qui s’accumule dans l’hypothalamus. La dopamine et cette région du cerveau jouent un rôle essentiel dans le phénomène de dépendance, même si la production de dopamine n’implique pas automatiquement une dépendance : tout dépend de la manière dont la substance est administrée, ce qui influence entre autres la vitesse et l’intensité avec laquelle la dopamine est accumulée. 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit la dépendance comme un ensemble de phénomènes comportementaux dans lesquels l’utilisation d’une catégorie de substances psychoactives ou d’une substance psychoactive spécifique provoque un désinvestissement progressif des autres activités. Elle distingue aussi les aspects cognitifs et les aspects physiologiques de la dépendance. D’un côté, on parle de dépendance psychologique ou psychique, qui se réfère à la consommation incontrôlée de substances psychoactives, et de l’autre, on parle de dépendance physiologique ou physique, qui concerne les phénomènes d’accoutumance, ou tolérance, ainsi que les symptômes physiques liés au sevrage. 

Dépendance : pas de danger du CBD, au contraire !

Comme le CBD n’est pas un psychotrope, à l’inverse du THC, il n’a aucun effet sur la concentration en dopamine. En matière de dépendance, il n’y a donc aucun danger avec le CBD, et c’est même le contraire. Tout indique que non seulement le CBD ne présente pas de risque de dépendance, mais qu’il permet même de lutter contre la dépendance à d’autres substances psychoactives.

CBD is not a psychotropic (unlike THC)

Une étude publiée en 2019 par le très sérieux National Library of Medicine s’est précisément intéressée à l’utilisation du CBD pour faciliter le sevrage de personnes dépendantes aux opioïdes. Cette étude rapporte que si l’on administre du CBD dès le début du sevrage, les symptômes dus au syndrome de manque sont significativement réduits, en particulier en ce qui concerne l’envie de consommer et l’anxiété liée au manque. Ce résultat n’est pas induit par un simple effet psychologique, car l’administration d’un placebo n’a donné aucun résultat comparable. Les chercheurs ont d’ailleurs constaté de réels changements sur le plan physiologique par rapport aux mesures induites par les substances opioïdes, comme une réduction du rythme cardiaque et une diminution des niveaux de cortisol salivaire. De plus, l’étude n’a relevé aucun effet indésirable grave durant le traitement.

Même s’il est trop tôt pour généraliser, il est donc fort possible que le CBD puisse venir en aide à tous ceux qui essaient de sortir d’une dépendance, comme ceux qui veulent arrêter de fumer, réduire leur dépendance à l’alcool, ou cesser de consommer du cannabis, notamment en réduisant les risques de rechute.

CBD et danger d’effets secondaires

De nombreux utilisateurs qui s’intéressent aux éventuels dangers du CBD s'interrogent sur les effets secondaires du CBD. Si la question est légitime, elle comporte cependant un paradoxe. En effet, on ne devrait normalement parler des effets secondaires d’une substance ou d’une molécule quelconque que dans le cadre d'un traitement médical, comme c’est par exemple le cas pour la prise de médicaments.

therapeutic use of CBD

Alors pourquoi la question est-elle posée en ce qui concerne le CBD ? De toute évidence, c'est parce que l'usage thérapeutique du CBD est envisagé de plus en plus fréquemment par la médecine moderne dans le traitement de diverses affections, et que dans ce cadre, il est non seulement nécessaire de mesurer les effets positifs du CBD, mais aussi d’évaluer les éventuels effets secondaires négatifs.

La position de Reakiro

Avant d’aborder la question des dangers du CBD en matière d’effets secondaires, il est très important de comprendre la position très claire de Reakiro en matière d’usage des produits CBD Reakiro. Nous ne voulons bien sûr pas rejeter les possibilités d’usage thérapeutique des produits CBD Reakiro pour certaines affections, et nos clients qui souhaitent utiliser nos produits en ce sens sont bien sûr libres de le faire. Nous maintenons d’ailleurs une veille informative constante et régulière de manière à pouvoir informer nos clients autant que possible sur les derniers développements scientifiques à ce sujet. Mais nous voulons insister sur l’approche globale, holistique de la santé qui a guidé Reakiro depuis sa création.

Les produits CBD Reakiro doivent être considérés avant tout comme des produits qui s’inscrivent dans une démarche de vie saine, harmonieuse et équilibrée, dans le cadre de la recherche d’un bien-être global. Nous prônons surtout un mode de vie sain, la réduction du stress, une alimentation bien équilibrée, une quantité ‎suffisante des nutriments nécessaire au métabolisme, comme les minéraux, oligo-éléments, vitamines, ‎Oméga 3, etc., des éléments naturels que nous associons d’ailleurs à certains des produits ‎CBD Reakiro. C’est tout cela qui contribue à l’état de santé général et qui permet de renforcer les défenses immunitaires naturelles.

Bien sûr, si vous envisagez d’utiliser les produits CBD Reakiro pour répondre à des besoins personnels plus spécifiques, comme par exemple les huiles CBD Reakiro ou les gélules CBD Reakiro dans le cadre d’un sommeil de meilleure qualité, ou encore les crèmes et baumes CBD Reakiro pour une meilleure détente musculaire et articulaire après des efforts liée à une pratique sportive, voire pour soulager des douleurs articulaires liées à l’arthrose, rien ne vous empêche d’adopter cette approche. Mais nous devons en ce cas insister sur le fait que cette démarche devrait être accompagnée par les avis autorisés de professionnels de la santé.

Les domaines d’utilisation du CBD

Parler des dangers du CBD en termes d’effets secondaires, c’est parler de l’utilisation thérapeutique du CBD, domaine dans lequel, nous le rappelons, aucune étude à ce jour n’apporte de réponse définitive en termes d’efficacité. Les affections pour lesquelles l’usage du CBD est actuellement envisagé sont pourtant assez nombreuses : douleur chronique, arthrite, arthrose ou douleurs articulaires, anxiété et dépression, affections pulmonaires, troubles du sommeil, maux de tête et migraines, syndrome de stress post-traumatique, nausées, allergies ou asthme, épilepsie et autres troubles épileptiques, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, maladie d'Alzheimer. Les données sont encore assez peu nombreuses en ce qui concerne les recherches portant sur ces affections, mais il semble que ce soit dans la sphère des troubles qui touchent le système nerveux que l’utilisation du CBD soit la plus prometteuse.

Les effets secondaires potentiels

Plusieurs difficultés se posent en matière d’évaluation des dangers du CBD en termes d’effets secondaires, notamment par le fait qu’on manque cruellement d’études approfondies et de recul concernant les recherches en termes d’usage thérapeutique du CBD. Le consensus général, à ce stade, y compris selon l’avis de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), est tout simplement que non seulement le CBD n’est pas une drogue, mais aussi que l’on peut consommer du CBD sans danger.

check with your doctor

Parmi les éventuels effets secondaires parfois cités en cas d’usage intensif, on a jusqu’à présent évoqué des risques de sédation, de somnolence, de troubles gastro-intestinaux (diarrhée), de perte d’appétit, ou encore de changements d’humeur comme de l’irritabilité et de l’agitation. Il nous faut rappeler ici que si vous consommez des produits CBD alors que vous êtes sous traitement médical, des interférences sont toujours possibles, et qu’il convient de vérifier avec votre médecin que d’éventuelles interactions médicamenteuses ne doivent pas être envisagées.Les études, même peu nombreuses, qui s’intéressent aux éventuels dangers du CBD, sont centrées sur les effets du seul cannabidiol. Malheureusement, on trouve sur le marché de nombreux produits CBD de qualité médiocre qui contiennent d’autres molécules beaucoup plus dangereuses, notamment des pesticides et d’autres produits chimiques. Les études scientifiques sur l’usage du CBD et le potentiel danger du CBD partent bien sûr de l’hypothèse que le produit utilisé est de qualité irréprochable, ce qui est d’ailleurs indispensable lorsque, pour les besoins de l’étude, il est administré aux sujets participant à l’évaluation thérapeutique. Or, en matière de danger du CBD, le point central, c’est la qualité du produit.

Éviter les dangers du CBD : la qualité

En effet, dans l’état actuel des connaissances, plus on consacre du temps à examiner la littérature scientifique concernant les éventuels dangers du CBD, plus on voit émerger une conclusion assez simple et finalement logique : tout est affaire de qualité du produit. Le potentiel danger du CBD n’est en fait en rien lié à la molécule de cannabidiol, mais à d’autres molécules auxquelles le CBD peut être lié dans des produits de qualité moyenne, voire médiocre. Chez Reakiro, nous sommes conscients que la chaîne de production de produits CBD comporte de nombreux maillons qui vont de l’ensemencement de graines de chanvre jusqu’au conditionnement final, et que chacun de ces maillons nécessite un contrôle de qualité extrêmement strict.

Engrais chimiques, pesticides, plantes OGM

Si vous voulez pouvoir utiliser des produits CBD sans danger, vérifiez bien que votre fournisseur applique la transparence la plus totale sur l’origine et le mode de production des produits. C’est bien sûr le cas pour les produits CBD de Reakiro, qui n’utilise que des laboratoires testés en interne et en externe et qui sont équipés et entretenus conformément aux normes industrielles les plus strictes. De plus, vous pouvez vérifier que les produits CBD Reakiro sont 100% naturels et ne sont pas issus de plantes cultivées à l’aide d’engrais chimiques ou de pesticides, ni de plantes génétiquement modifiées. Toutes les analyses de nos produits réalisées par des laboratoires indépendants sont publiées sur notre site.

Contrôles de qualité

Les produits CBD Reakiro sont issus du chanvre industriel de la plus haute qualité, cultivé au sein de l'Union européenne et testé par des laboratoires tiers indépendants. De plus, pour garantir le plus haut niveau de qualité, nous avons mis sur pied une procédure interne de contrôle de qualité extrêmement stricte : chaque produit doit subir une série de tests en laboratoire pour obtenir notre fameux « Certificate of Analysis », ou COA. C’est à cette seule condition qu’il pourra être mis en vente.